Performance , cycle de performance depuis 2008.

Emilio Santisteban

Artiste de performance interdisciplinaire

Arte de Performance en Perú, Artistas de Performance en Perú, Arte Peruano de Performance, Emilio Santisteban

photo  © Ileana Diéguez

photo  © Rocío Cardenas

A.jpg

PERFORMANCE

Absence de performances corporelles.

Exécuté en traçant du vinyle sur les murs.  La performance elle-même est constituée par la réverbération  de la question à l'esprit,  le rapportant  avec où il est et son histoire.

Réalisations :

Beaux-Arts : Une trajectoire d'images (1918-2018).  Galerie German Krüger Espantoso, 2018.

École d'art de l'Université nationale de San Marcos, 1er juillet. 2016 - 26 janv. 2018.

Appropriation par les proches des disparus au Mexique,  UAM Cuajimalpa, 5 juillet 2016.

École nationale supérieure des beaux-arts, 2010-2012 / 2013—2014.
Musée d'art de San Marcos, 2010-2012.

Faculté des sciences sociales PUCP, 2008.
Faculté de
  Communication PUCP, 2008.
Faculté des Arts PUCP, 2008.

École d'art  Courant alternatif, 2008.

"Peut-être cette question est-elle la trace résiduelle à partir de laquelle continuer à relier les temps et les lieux des corps, le tissu d'absences et de présences qui nous déterminent, le tissu de duels jamais réalisés. C'est la question pressante qui se répand à travers une vaste géographie Elle a été lancée depuis Lima par le plasticien et performeur Emilio Santisteban, mais c'est peut-être LA QUESTION à partir de laquelle agir et penser la place de l'art et de la performance, et en particulier la place du corps, de la vie, depuis plus de trente des années, des années, et peut-être aujourd'hui plus que jamais. (...)  Il installe la tension entre le monde de l'art et le monde de la vie, entre l'action spécialisée et l'action éthique, entre l'indifférence et la douleur. (...) Le problème n'est pas l'insistance sur l'art de la performance comme art corporel, mais sur le sens et la répercussion de l'art de la performance dont le support est le corps dans des contextes où des milliers de corps ont été violemment disparus et anéantis et où la possibilité de duel n'a pas existé. (...)  La question ne vise pas seulement à problématiser la pratique  performatif radicalisant les implications du corps et de la  sujet dans l'accomplissement d'un acte qui ne peut être relevé d'une dimension formelle. Au contraire, il relie radicalement le quoi  Je fais avec mon corps à la réalité de ce que  nous faisons ou  Quoi  Cela se passe avec le corps de l'autre, combien je me soucie de la chance de l'autre, enfin un miroir de la chance que mon corps peut aussi courir. (...)  La question de la place ou de l'emplacement des corps transperce toute réflexion confortable sur la place du corps sur quelque plate-forme artistique. (...) Ce qui s'impose dans ces circonstances, ce sont les formes résiduelles des corps, l'émergence allégorique de nos restes, car ce qui se passe avec le corps des autres, c'est aussi ce qui peut arriver avec mon corps, avec le vôtre, avec celui de tous.»

Diéguez, Ileana. (2016)  Des corps sans chagrin. Iconographies et théâtralités de la douleur. 342-347. Mexique : Université autonome de Nuevo León.

Appropriation:
Les proches des disparus au Mexique, présentation de témoignages, Séminaire des Cartographes Critiques, UAM Cuajimalpa 5 juillet 2016,

Performance._Segunda_ejecución_Bellas_Ar
Performance_(trilogía_performance)._En_C

photo  © Vladimir Ramos.

photo  © Julio Huamán.

  • Icono social Instagram
  • Facebook Social Icon
  • Icono social LinkedIn